LE « CHEMSEX » UNE PRATIQUE PRÉOCCUPANTE

LE « CHEMSEX » UNE PRATIQUE PRÉOCCUPANTE

Rédigé le 15/05/2019
ALAIN LEOBON



Les analyses secondaires présentées ici portent sur le Chemsex et concernent les répondants français du NGB 2013-14. Elles furent réalisées en plusieurs étapes, chacune d’elle ayant conduit à plusieurs publications qui soulignent nos étapes de réflexion sur le phénomène complexe qui prend de l'ampleur chez les HSH : le « chemsex ».

Les analyses se basent sur l’application d’un modèle de régressions polynomiales multivariées, s’appuyant sur de nouvelles variables de segmentation de la sous-population étudiée, permettant ainsi mieux contraster les sous-groupes qui les construisent et de souligner les vulnérabilités et particularismes de ces derniers.

Nous avons cherché à mieux caractériser les liens entre les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autre hommes (HSH) et la consommation de produits psychoactifs, en présentant une nouvelle typologie des substances consommées. Les analyses comparent sur un nombre très important de variables 1) les consommateurs « occasionnels » puis 2) « réguliers » de drogues de catégorie sexuelle au groupe de référence, constitué des répondants qui consomment des substances d’autres catégories.
Les premiers résultats furent initialement présentés au XVIIe Congrès National de la Société Française de Lutte contre le sida. Ils furent suivis d’une présentation plus complète des données lors d’une journée d’échanges proposée par l’association Sidaction en Décembre 2016. Puis, en 2018, à la demande de la revue « Drogues, santé et société » éditant un numéro spécial sur la consommation de substances au sein des minorités sexuelles, l’ensemble des analyses furent actualisées et ont conduit à la publication suivante :

Léobon A., Dussault É., Otis J., 2018, « Chemsex » chez des hommes français ayant des relations sexuelles avec des hommes, numéro spécial « Drogues et minorités sexuelles », Drogues, santé et société, vol. 17, no 2, P53-75.

L’article décrit le profil des consommateurs de substances habituellement liées au « chemsex » dans un échantillon formé des 11 841 répondants de la 4e édition du Net Gay Baromètre français (2013) ayant consommé au moins une substance au cours des 12 derniers mois.
Pour identifier les patrons de consommation (catégories de substances dont l’une liée au « chemsex », c’est-à-dire ayant un effet psychotrope et étant consommées pour augmenter les performances ou sensations sexuelles), une analyse factorielle fut conduite sur l’échantillon constitué par les répondants « ayant consommé au moins une substance (incluant l’alcool) », nous avons procédé à une extraction en composantes principales avec une rotation Varimax. Par la suite, pour comparer les consommateurs occasionnels et réguliers, compte tenu des patrons de consommation dégagés par l’analyse factorielle, la régression logistique polynomiale (univariée et multivariée) a été utilisée.
Trois groupes de répondants ont été constitués : groupe 1, ceux qui ont consommé au moins une substance dans les douze derniers mois, excluant les substances liées au « chemsex » (81,3 %) ; groupe 2, les consommateurs occasionnels (1 à 9 fois) de ces substances (14,2 %) ; groupe 3, les consommateurs réguliers (10 fois ou plus) (4,5 %).

Les groupes 2 et 3 ont été contrastés au groupe 1 par l’analyse de régression logistique polynomiale . Les analyses montrent que les répondants des groupes 2 et 3 se distinguent de ceux du groupe 1 par une prise de risques sexuels plus grande avec les partenaires occasionnels et par des indices de santé plus problématiques. Le groupe 3 affiche, sur toutes ces caractéristiques, un profil de vulnérabilité plus alarmant.

Les résultats soulignent l’hétérogénéité des patrons de consommation et des risques pour la santé parmi les consommateurs de substances psychoactives habituellement associées au « chemsex » et l’importance de déployer des interventions qui tiennent compte de ces besoins et vulnérabilités distinctes.

Vous trouverez en pièce jointe l'article publié au format PDF.

 


1062116ar.pdf 1062116ar